Pour défendre la réforme territoriale, Bockel manifeste

Par Jacques Trentesaux, publié le 18/11/2009 à 11:38 - mis à jour le 18/11/2009 à 11:58

Le secrétaire d'Etat à la Justice et maire de Mulhouse Jean-Marie Bockel a rendu public, jeudi 17 novembre, un "Manifeste des territoires" qui défend les grands principes de la réforme des collectivités locales. Une vingtaine de maires de grandes villes (André Rossinot, Marie-José Roig, Brigitte Barèges, Jean-Claude Gaudin, Maryse Jossains-Masini...) l'ont déjà paraphé.

     

Pourquoi ce manifeste?

J'ai acquis la conviction que le gouvernement finissait par être beaucoup trop sur la défensive sur la réforme territoriale. Le "Manifeste des territoires" rappelle qu'elle est bonne. Notre organisation territoire est imparfaite et doit être simplifiée. J'ai testé l'idée d'une telle initiative il y a environ quinze jours auprès du Président de la République, qui l'a validée. J'ai ensuite engagé la rédaction et accéléré le processus afin de le rendre public avant l'intervention du Premier ministre François Fillon à l'AMF. A présent, j'entends le faire circuler et réunir le maximum de signatures.

La réforme n'a-t-elle pas été parasitée par les questions de la suppression de la taxe professionnelle et du futur mode de scrutin des conseillers territoriaux?

Il y a un moment où il faut y aller. Tout le monde disait qu'il fallait réformer cette taxe. On assiste à une opposition politicienne au projet qui joue sur la crainte de l'avenir dans un contexte de crise et affirme que les comptes (de compensation) n'y seront pas en 2011. Mêmes les maires des petites communes se sont laissés convaincre alors qu'ils ne disposent d'aucune base fiscale et qu'ils seront les grands gagnants des péréquations!

Etes-vous personnellement favorable à un scrutin mixte à un seul tour?

Plutôt, oui, mais sans fixation idéologique. En ce qui concerne la mixité du scrutin, tout est question de dosage entre la part de proportionnelle et la part de scrutin majoritaire. Et la discussion reste ouverte. Pour le tour unique, je constate que dans les grandes démocraties qui le pratiquent, comme la Grande-Bretagne, cela ne se passe pas si mal.

Votre manifeste vante "l'élan émancipateur" de la décentralisation. Or les adversaires de la réforme estiment qu'elle organise une recentralisation...

Je n'y crois pas une seconde! Ceux qui le soutiennent n'en apportent pas la démonstration. Leur argument est insincère.

Le gouvernement organise aussi la contre-offensive

De son côté, Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, a annoncé la création d'une "task force" pour défendre la réforme territoriale. Cette équipe rassemble une quinzaine d'élus, dont l'ancien ministre Dominique Perben et le sénateur Jean-Patrick Courtois


http://monmulhouse.canalblog.com/