A l'heure où l'on guette tous les signaux annonçant la sortie de la crise, il est un indicateur qui témoigne des difficultés financières grandissantes des ménages : l'accroissement du nombre d'impayés de crédits à la consommation - en hausse sensible depuis un an - et de la difficulté à honorer en temps et en heure les échéances de remboursement.

Partout, dans les banques et les établissements spécialisés, le constat est le même : la crise, qui a fait 600 000 chômeurs de plus cette année, n'épargne personne. Tandis que les classes moyennes cessent d'emprunter, attendant de retrouver confiance en l'avenir - la demande de crédits à la consommation a baissé de 15,8 % entre janvier et septembre -, les ménages modestes, ceux-là même qui ne peuvent se passer de crédits, peinent à rembourser leurs mensualités. D'autant que de nombreuses banques ont durci les règles d'utilisation des découverts bancaires.

"Nous avons constaté une relation étroite entre la montée du chômage et les retards de paiement, explique Michel Philippin, directeur général de Laser Cofinoga (BNP Paribas, Galeries Lafayette). Plus de la moitié des clients qui ont trois mois de retard se déclarent au chômage. Le nombre d'emprunteurs qui n'avaient jamais eu de difficulté à rembourser mais connaissent aujourd'hui un premier retard a violemment augmenté." Le taux d'impayés a grimpé à 3 % depuis le début de 2009, au lieu de 1,6 % en moyenne en période de croissance économique.

Certes, la hausse du "coût du risque" en France - en clair, les provisions que constituent les banques pour couvrir leurs risques de crédits - est moins forte que dans d'autres pays européens comme l'Espagne, piégée dès 2007 par un excès de crédits immobiliers à taux variable ou, pis, dans les pays émergents comme la Russie ou le Brésil. A titre d'exemple, depuis le début de la crise, ce coût du risque a bondi à 9 % des encours en Russie, au lieu de 4 % auparavant, quand il s'établit aujourd'hui à environ 2,5 % des encours en France.

Les tensions sur le marché français du crédit à la consommation se traduisent, précise-t-on ainsi à la Société générale, par un niveau de pertes acceptable par rapport aux crises précédentes, notamment celle de l'immobilier de 1990.

SLOGANS "POUSSE-AU-CRIME"

Mais cette montée des risques, qui se poursuivra tant que le chômage augmentera, bouscule les établissements financiers. Elle les conduit à se montrer plus scrupuleux dans l'octroi de crédits. C'est entre autres le cas pour ces petites boutiques de crédit opérant sur Internet avec des slogans jugés "pousse-au-crime", et qui avaient tendance à ouvrir trop facilement les vannes à des consommateurs déjà endettés en leur vendant "une vie meilleure", en même temps qu'un crédit. La crise force aussi les établissements à modifier leurs pratiques commerciales et, fait marquant, à trouver des solutions d'assistance pour leurs clients les plus fragiles afin d'éviter qu'ils ne basculent dans le surendettement. Cette stratégie "spéciale crise" répond autant à l'intérêt des emprunteurs qu'à celui des prêteurs.

Chez Laser Cofinoga, des mesures ont été prises pour sécuriser la production de crédits. Et "accompagner nos clients les plus fragiles, tant que l'activité économique ne sera pas revenue à la normale", souligne M. Philippin. Ainsi, en ce moment, parce que la demande émane surtout d'une clientèle déjà endettée, plus d'une requête de crédit sur cinq serait refusée, s'agissant des cartes de magasins. Surtout, un pôle d'accompagnement des clients a été mis sur pied, pour proposer, avant même qu'ils n'appellent, des solutions pour passer la crise (baisse de taux, allégement des durées de remboursements, etc.). Il renseigne aussi les clients sur les aides économiques et sociales en partenariat avec des associations (Cresus, Secours catholique).

Pascal Roussarie, responsable de l'observatoire Cetelem (BNP Paribas Personal Finance), insiste sur l'importance de cet accompagnement social par temps de crise. "Le marché du crédit à la consommation baisse et pourtant, le surendettement progresse, observe-t-il. On voit des gens en difficultés qui, étant au chômage ou en intérim et en recherche de trésorerie, utilisent des cartes de crédit obtenues précédemment. Celles-ci se verrouillent au premier incident de paiement."

Cetelem, qui fait valoir sa politique de crédit responsable, assortie de campagnes de communication ad hoc, a mis en place une équipe pour repérer les difficultés et aider les clients via des reports d'échéance ou des aménagements de dette. Environ 93 % des dossiers ne connaissent "pas l'ombre d'un problème".

Pour Nicolas Bertapelle, associé fondateur de la société de conseil Jasmin, les temps changent. "Les établissements font plus attention aux capacités de remboursement des clients, estime-t-il, ils font aussi davantage de prévention et soignent les procédures de recouvrement, pour leur bénéfice et celui du client." La nouvelle loi "Lagarde" sur le crédit à la consommation pourrait accélérer cette moralisation des pratiques.

Anne Michel

http://monmulhouse.canalblog.com/